Utilisation des produits phytosanitaires : la position des Jeunes Agriculteurs de Gironde

Utilisation des produits phytosanitaires :  la position des Jeunes Agriculteurs de Gironde

Communiqué de presse JA 33 

Le débat sur l’utilisation des produits phytosanitaires en agriculture est de plus en plus présent sur la place publique, les récentes recherches ayant mis en lumière l’impact néfaste de certains d’entre eux sur notre santé et l’environnement.

Ce sujet, sensible, doit être abordé avec clarté, en commençant par le vocabulaire employé : lorsque l’on évoque « les produits phytosanitaires », tous les modes de production sont concernés par leur utilisation que ce soit l’agriculture biologique ou conventionnelle seuls les niveaux de classification et de risques sont différents.

La majorité des pratiques agricoles actuelles sont issues du modèle agricole mis en place ces dernières décennies pour répondre aux besoins des consommateurs. Aujourd’hui, nous, Jeunes Agriculteurs, sommes tout à fait conscients que ce modèle a atteint ses limites et au-delà, et que les consommateurs, et nous-même, ont aujourd’hui de nouvelles attentes notamment concernant leur santé et la protection de l’environnement.

La sensibilité aux maladies de nos différentes  cultures, l’exigence du marché (consommer de beaux produits toute l’année à des prix abordables), l’impératif économique de rendements stables ne nous permettent pas d’envisager le « zéro phyto » à échéance rapide. Afin de s’en approcher au mieux, nous, Jeunes Agriculteurs, souhaitons mettre en place de nouvelles techniques de protection des cultures plus alternatives sur nos exploitations. Dans l’état actuel des choses, il faut pour cela :

  • Développer du matériel fiable et performant en passant par l’innovation et les nouvelles technologies, le matériel actuel n’est pas suffisamment adapté et précis pour nos cultures ;
  • Réorienter les budgets sur la recherche, notamment sur les cépages résistants et la mise en place de nouveaux traitements soucieux de la préservation de l’environnement ;
  • Uniformiser les contraintes d’application des produits phytopharmaceutiques à tous les pays d’Europe afin de favoriser le libre-échange ;
  • Limiter l’utilisation des agents cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques, dit CMR, afin de tendre vers des pratiques plus respectueuses de l’environnement ;
  • Une évolution des règles identiques pour tous les produits commercialisés en France ;

Tous ces efforts impacteront la rentabilité de nos exploitations et nous avons besoin de consommateurs encourageant les bonnes pratiques environnementales en réalisant des « achats éclairés » respectant la saisonnalité, en acceptant de consommer des produits moins standardisés.

Nous, Jeunes Agriculteurs, représentants de l’avenir de la profession, nous travaillons quotidiennement à l’amélioration de nos pratiques et sommes conscients que des efforts supplémentaires doivent être faits, nous sommes prêts à les faire.